Au bord du Mékong

11 Fév

C’est une autre vie

Mais c’est la tienne que tu regardes

Au travers

Publicités

9 Réponses to “Au bord du Mékong”

  1. Malou 11/02/2010 à 17:38 #

    Tout à fait toi…Quelle magnifique photo…
    Elle porte les pensées et tous les voyages.
    Malou

  2. Paola 11/02/2010 à 20:16 #

    Photo sans âge, parce que le sourire et le regard n’ont pas changés, n’est ce pas?
    Je vois le relâchement du bras, la détente de la cigarette, le petit sourire, un moment paisible…

  3. lesyeuxdisent 12/02/2010 à 06:09 #

    Sur la rive, en détente. Sur l’autre rive, pour de vrai, c’est déjà un autre pays.

  4. marline sous le caillou 12/02/2010 à 23:26 #

    détente , attente, nonchalence , moiteur et lourdeur de la chaleur..l’asie, pays où il faut tjrs se detacher de tout , regarder au dela , oui porter son regard au loin , tres loin. prendre l’instant present comme un instantané et ne rien dire … juste sourire

  5. lesyeuxdisent 13/02/2010 à 09:17 #

    Oui, et tu sais de quoi tu parles……;)

  6. Epaminondas 13/02/2010 à 17:22 #

    Photo intimiste alors qu’elle est prise au milieu de nombreuses personnes… A quoi cela tient-il?

    Ici, c’est comme je voulais faire au début dans mon épaminothèque: une image et quelques mots…
    Et puis, j’ai pensé que les mots proposés orientaient la lecture de l’image. Alors je réponds juste aux questions s’il y en a dans les commentaires.

  7. Marie 13/02/2010 à 19:10 #

    Je ne t’imaginais pas moins belle que cela…

    J’adore cet endroit dont tu m’ouvres la porte…

    Des liens, des liens et des liens…

  8. lesyeuxdisent 14/02/2010 à 13:47 #

    Je ne sais pas Chère Epamine. La vie est comme cela.
    Côté contenu , je vois ce que tu veux dire, j’ai commencé par une forme de blog photos ( en grand modèle) sans aucun texte, puis un autre modèle..puis..finalement..c’est cette forme là avec ce contenu là, la troisième testée, qui m’a parlée complètement…Pour le moment…

  9. lesyeuxdisent 14/02/2010 à 13:49 #

    Merci d’être passée par cette porte là aussi, Marie.
    Liens, et noeuds et tournes et passes et viens.

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :